Arthurleursalberto

31 mai 2018

Sans rien dire…!!

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 11 min

20180530_165218  acrylique sur toile-

Homme des ombres, fraudeur de poésies enflammées parfumées aux odeurs âcre de l’Asie, homme élastique, homme omniscient, homme cynique, partout et nulle part, homme qui penche vers le jeu dangereux des batailles, homme dans les rouleaux d’une mer déchaînée, homme écorché, homme charmeur de requins, homme voyageur. Visez juste, et dans cette petite toile nous ne sommes pas tous seuls.

24 mai 2018

Casse Morale, symphonie dans le ciment, misére du sentiments

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 16 min

IMG_3925  Feutres

La tristesse incarnée, le regard en phase vers le numérique à outrance. C’est juste démêler la souffrance, remettre de soi dans le monde extérieur, c’est perturber les stratégies de l’adversaire, c’est répondre aux regards avec une provocation en métal. Laisser grandir les mauvais sentiments tout en gardant l’amour du Monde. Mais les esprits s’échauffent, le calme craque… bah: laissons faire la nuit…

23 mai 2018

Portrait brut, brutus

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 56 min

IMG_3924    Feuilles et feutre et eau

Le questionnement, les trouilles ambigues des types comme moi, la paralysie des mots… celle des corps. Sentiments en miettes dans le métal.

2 portraits délavés-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 11 min

IMG_3919 IMG_3920 feutre & flotte

Les veines d’encre, les veines plombées, les sentiments au large… et les hommes meurent dans les tranchées numériques, et les hommes meurent sur leur cathédre dorée: ils meurent au front. Les âmes cabosées mangent le magma de leurs révoltes.

 

Nuances sur le papier, nuances accueillies comme les princesses hindoues, sous l’orage, sous les éclairs vibratoires.

 

Là deux portraits glissants, là les phases et les scénarii épiques, dangereux, arbitres en travers du délire.

10 mai 2018

In the vap’

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 21 h 46 min

Moi dans les vapes et dans ma main un fusain énervé. En attendant les crépuscules… l’idole se casse la gueule. Le porfolio des fous et l’électricité violette, l’élan du bonheur, du coqs à l’âne, la musique femme mais c’est un silence désertique, dans les dunes pourraves les poubelles d’un monde en roue libre autour d20180510_180641u bleu.

9 mai 2018

La peur dans les orties

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 58 min

20180509_183021  Fusain Sanguine

Soubresauts dans le coeur du néant, et dans l’autre hémisphère on s’amuse à la roulette russe; dégâts du hasard, dégâts de sa propre hasardification dans le globe conquis par l’entité déifiée des sagesses douloureuses, marche blanche, marche écolo, détruire la conscience: celle des monstres et des baba cool… la peur prend à la gorge, mais la peur se manipule dans les ronçes de la liberté.

3 mai 2018

Fusain express

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 11 min

Rien à dire, fusain express dans la nuit qui reprend le contrôle de mon esprit; dépendant, accroc à l’expression.

IMG_3916

2 mai 2018

Neurasthénique

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 51 min

Putain, lui il a bossé, lui il a subit les pires trucs, lui est comme l’horloge de la neurasthénie. Personne pour savoir son malheur, on parle de shoot, de tise, on parle d’une femme perdue qui ne reviendra jamais, on brode sur le tissu déchiré des can-can sadiques: plaisirs malsains, plaisirs d’enfer…

IMG_20150410_230253   Feutre-

 

3 pilliés-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 29 min

IMG_20150410_225836   Trois bonhommes-

Le trio du comptoir, l’équipe en plein flip, un monde qui se fissure, et le dub Face B de la tristesse du peuple. Trois hommes en panique, trois hommes dans l’orage, trois hommes complétement bourrés: ça ouvre les énigmes, et les bidules complexes de la conscience, ça renseigne sur le KO des Hommes. Le néon du troquet allumé et vlà la faune et son foie, ils regroupent une humanité, jumeau de la ferraille, les yeux rouges et la journée commence, c’est la guerre de la picole, la guerre du centilitre, c’est les remarques sur le monde, c’est l’angoisse que le bordel pourrait mal tourner , souvenirs en dentelles d’amours de jeunesse, les madeleines  cramées, les chiens du quartier, les sulfureuses ruelles. Plus la force d’allumer un clope, plus que la bibine pour faire le boulot: c’est net, c’est sans détours, c’est impeccables, c’est sans bavures.

 

26 avril 2018

Oeil en partance

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 22 h 45 min

retour    acrylique sur toile

L’oeil en larmes rouges, l’oeil du créateur qui tente des allégories, des métaphores, l’oeil de l’enfant hyper-actif, l’oeil sculpteur et architecte repensé pour de nouvelles techniques, l’oeil satellite des peurs, l’oeil qui fixe sans cligner le chat noir du quartier, l’oeil dans tous les sens qui arrivent dans des contre-firmaments radioactifs, l’oeil aux combats des déchirures mentales, l’oeil périscope qui vise la masse, l’oeil au parfum de scandales, l’oeil qui va au bout des choses comme un flic habité par sa mission, l’oeil cramé par les fêtes d’il y a mille ans, l’oeil qui absorbe, et absorbe encore et encore des horreurs guerrières, l’oeil qui ne veut pas mourir et s’accroche dans la canopée toxicomaniaque, l’oeil qui lutte sur un ring devant des milliards d’êtres humains, l’oeil en partance…

123456...19

Arthandi |
Stilllife |
agnesgrondonna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon art à moi
| Valmosaïque
| Virtuosesdesbanlieues