Arthurleursalberto

2 décembre 2018

Oeil, mon oeil ou le tiens!

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 24 min

IMG_4808

œil en feu, assoiffé d’expériences, descente douce dans l’atmosphère, dans le tour fabuleux; quand l’humain se construit et que les félins suivent…

1 décembre 2018

Rêveries-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 14 min

dawa

rêveries d’un soldat dans les bras extensibles des sentiments persistants, la mort cause son patois et s’insinue dans les viscéres. rêveries d’une rave au pied des Alpes, rêveries d’amour, rêveries d’une enfance trahie. rêveries explosées…

 

29 novembre 2018

Crépuscule!!!

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 54 min

IMG_20151114_231643

Saturation, mystéres du crépuscule occultés par l’impatience, beauté qui tape dur, beauté qui me suit dans les flashs qui me harcélent. Le subtil d’une ironie… le cadre idylique de la puissance partagée.

 

Mais ce dessin antique qui vient me scotcher, paralysé dans la grammaire de ce soir je pars…

27 novembre 2018

Le péril du vide et du passé

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 16 min

IMG_20151112_220931        IMG_20151112_221126

Vertiges, projections idylliques, articulation de projets foutus, le vide en héritage, la vie sculpte le temps du dawa alors je délire, alors les rêves mécaniques remplissent mes rêves, alors le manège se permet la folie, alors le territoire écrase au bulldozer la mémoire, c’est le risque le péril humanoïde, c’est le retour fracassant vers une vie à la dure. C’est boire un peu, beaucoup.

26 novembre 2018

Pierre-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 15 min

La Bibine commence.. (2)

Une pierre coupante, abbrasive, une pierre chimique, une pierre toxique, une pierre léthale, une pierre sur les barricades de ma conscience; je devine l’acier d’une guerre toute proche, je devine le métabolisme cramé des soldats, je devine l’âme des tranchées, je devine les gueules cassées.

 

L’énergie des pensées anarchistes, s’imposer dans un micro-territoire, balançer les cadavres dans les fosses…

 

L’imaginaire dans la main de l’éventreur, l’imaginaire en poudre clandestine, l’imaginaire sous un orage fougueux.

 

Bouffé par les ienchs, les rats, les charognards; bouffé par le désirs, par B. , bouffé par les renards, bouffé par l’océan en plastique, applaudi par les mercenaires, par les miliciens de la zone. Enfin… ma mort ne me regarde pas, ignorants des lithurgies silencieuses. Le narcisisme et le cynisme gravitent autour des pensées malsaines!

 

Je suis perdu, à l’ouest, je suis en ruine, je suis un squelette, je fonce tout droit dans le mur…

 

Attirance, Envie, Désirs sexuels au-dessus du vide, au-dessous des corbeaux, et des piverts, phobies en flamme, phobies des corps.

20 novembre 2018

Méditation-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 59 min

IMG_20151106_214626  crayon feutre fusain

je me calme, je prends l’air, introspection pied au plancher; je me souviens du tapis rouge pour mes rêves, mes fantasmes, mes dispersions dans les fumées indiennes, dans les cendres, je me souviens des calumets… des cris de singes, des hurlements d’un loup en colére, je me souviens d’un ring cramé, je me souviens d’un homme: Sisyphe; je me souviens des carrés de lumière psychédélique, je me souviens ces visages bloqués dans ma rétine, je me souviens d’un parfum ennivrant, je me souviens d’un rugissement des abysses, je me souviens de mon plongeon dans la lave du volcan, je me souviens de sensations grandioses, je me souviens…

 

17 novembre 2018

Esprit grave

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 47 min

IMG_4510   dessin oublié – feutre

… je me détourne, j’élargis le cercle cosmologique de cette phrase glauque, je branche mon pit’ sur les enceintes, sons distillés d’un sang révolté… je fuis je brise l’osmose, les mathématiques, et les logiques austères léguées aux millénaires: je les réduit en cendres, je suis un fauve torché dans les boulevards de cette ville hantée; je deviens un corps mou et flou et fou, l’imaginaire à tout vas dans les tranchées hallucinées, horreurs du guerrier des troupes et le long balançement psychanalythique me ronge, uppercut et la foule qui m’écrase me vandalise. Je voudrais la solitude des sommets; le démon me harcèle, et me balançent au coeur d’une mécanique esclavagiste, les flammes m’entourent, l’eau glaçée dans mes poumons et les idées zarbes, les rêves, les fantasmes viennent cogner à mon mental, c’est le concert rouge, incandescent de cette vie creuse, c’est le théâtre hypocrite de mes envies, de mes dilemnes, c’est le billard psychiatrique dans la campagne sauvage et féroce, la tête à la mort, à la tristesse, l’éthique jetée dans les zones interdites; et le « je » part en vrille dans le froid des cathédrales. Le charme, le fantomatique attirent leur âme dans un concentré noir, pourri. Applaudissements et sifflets dans les cimetières; mais le « moi » dans les trains futuristes joue à la roulette russe, exitations et profusions de concepts, de chants sans conséquences.

 

Le visage en obsession

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 11 min

IMG_20151102_225505

Figer un regard, le laisser prendre des allures puissantes et les corps dans une descente violente, s’éloigner!!!

14 novembre 2018

Rêves abandonné-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 54 min

IMG_20151031_222820   multi technique

… les risques, les défis, les périls- la vie d’une corde de violon, la main tendue méprisée. Actionnement d’une foule encore plein de benzo dans la tête, on rit du carnage, on se défoule en racontant les rêves éclatés. Le chef d’orchestre rage, la queue de pie en feu, les summums d’un délire qui finira en nous comme un retour de flammes…

 

Le début de ma passion

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 02 min

IMG_20151030_224131   le monde fendu

C’est la rage, la saison intemporelle du mépris, le rire d’Albert qui commence ses incertitudes, ses doutes jusqu’à sa fin au Roule. Vieux dessin qui m’a guidé dans l’écriture auto-matique; dessins des abysses qui sentent le soufre, chantent le soufre. C’est le niveau zéro de ma passion pour l’expression de mes ressentis, de mes angoisses;

12345...22

Arthandi |
Stilllife |
agnesgrondonna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon art à moi
| Valmosaïque
| Virtuosesdesbanlieues