Arthurleursalberto

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2017

31 décembre 2017

Fixation-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 04 min

IMG_3760     Feutre sur feuille

L’illusion-

 

Stimulation organique de la « création ».

 

Les délires des âmes, des constructions mentales. La fixation, la faim d’émotions et la fausse invitation dans des sphères exitées. Le sourire effrité, le vent qui claque la tôle, mes erreurs qui se bousculent pour donner un triste spectacle.

 

L’oeil cherche le graal artistique, des fois, dans des moments perchés j’entrevois la silhouette de la beauté. Mais ce ne sont que des -hallu-.

30 décembre 2017

La dernière voix – Le dernier espoir

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 21 h 42 min

20171225_182336   C’est de ces nuits cata-

Monstres Hallu, monstres destablisant, pour dire vrai hypra-complexe

26 décembre 2017

Ca signifie….

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 22 h 27 min

Ca signifie…

 

l’étonnement (pas l’étonnement historique des questions philosophiques) je pars dans le monde physique, la solitude des promenades nocturnes sous le réverbéres, les lapins devant les Cathédrales, les lapins au diapason des chants psilocibines des croyants, ça signifie les cercueils, les animaux voraces, les corbeaux qui tournent, te guettent et arrachent un peu de mon esprit, ça signifie les griffures enfantines, la gloire des passions, des nerfs, le souffle émotionnel qui te brise en éclats; je suis de l’acier, des alliages mortels, des longs poèmes de la Beauté, j’active mon usine j’active la déformation matérielle des visages, je me crispe dans un labyrinthe qui rend dingue, je sens les sentiments se faire la malle dans la gare bondée et encore un peu plus quand je m’assois dans cette décoration d’inconnus d’inconnues.

 

Quelques humains me passent à tabac: cicatrices, et déglingues dans les troquets les pubs, sérieux barons sur barons, bières aux montées grandes vitesse dans le godilloc étrillé, tronçonné. Alors cette peinture c’est les spasmes, c’est des baffes monumentales, c’est un ring qui coûte cher…

 

20171226_183816    acrylique sur feuille

25 décembre 2017

Foules et couleurs

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 55 min

20171225_171628    acrylique sur toile

Le combat extrême des couleurs, la symphonie des mecs bourrés contre le dramaturge sinistre qui m’opresse, pluie de regards et d’oiseaux, tonnerres qui éclatent en soirée et vient graver une angoisse exponentielle dans le ciel noir des artifices, le bordel qui nous trahit, qui nous perd dans les forêts lointaines et acides, le charme rare de silhouettes magnifiques, les foules énervées, ivres, les foules sur le pavé, les foules en pleine mutation physique, les foules comme des mâchoires, comme des couperets automatiques, les foules en mode liberté totale; on s’écrase sur le tarmac d’un avion militaire à moitié dingue. Les foules, la beauté totale ou l’horreur parfaite, au millimétre dans mon systéme électrique sans raisons; la turpitude des survivants, le cloître d’un type qui veut se racheter auprès du bon Dieu. Chasse de réflexes émotionnels, chasse des amours impossibles. L’homme se brise, il ouvre pour saisir la nullité de l’instant, la qualité des instincts… et puis la fête, et puis la colére, et puis le mépris.

 

 

 

24 décembre 2017

Degré Zéro-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 07 min

20171222_141839  A l’intérieur des phobies, de la déformation , et des silences…

Dans les culs de sacs intérieurs, dans mon sang coupé à la résine coupé à l’arrache dans les laboratoires minuscules des nouvelles méthodes pour annihiler un peu plus les types niqués de la rue. La peur et les grimaces du temps qui passe et que notre lucidité est revenue à son niveau zéro, l’intellect plombé par l’alcool, la charge des vautours sur des proies artificielles, la beauté cassée et c’est un monde foudroyé, carbonisé, c’est cela ma vie d’Albert Einstein, au garde-à-vous des mathématiques, de la physique nucléaire; les bons sentiments, l’amour implosent pour laisser place à une déficience extrême de la mémoire, les fers se croisent, les feux oubliés du présent qui dévastent et prends à la gorge c’est la vision du Pire, c’est le chemin impossible de récupérer nos frères et nos soeurs. La guerre interne c’est le dawa, c’est le samsara Tibétain, c’est vivre éteint sans désirs, c’est comprendre qu’il n’y a plus à comprendre, à saisir. C’ést l’ére toxique et c’est l’air toxico… La conversation tourne autour des hommes perchés, des femmes intellectuelles qui dans leurs livres ne sont absolument pas au jus des passions humaines. Philosophes de pacotille, chérubins diplômés dans le flou, et les hommes bombardiers qui défilent sans la moindre question. La cécité est l’atout majeur du choix des guerriers. En fait je ne veux plus de métaphysique, ni même de dialectique, je crache à la face du monde qui insulte les turbulents. Ma logique dans le cercueil des philosophes, j’enterre les concepts, les insinuations, les doutes, la friabilité des corps me bouscule au début de cet hiver inutile.

 

C’est l’éclatement festif des neurones, c’est la matière grise dégénérée presque à sec. Je ne cherche pas l’Absolu dans le fond des pubs, pas même la compagnie, je veux des barons et je veux observer les maniaques, les psychorigides, je lis sur leurs lévres, je lis sur leur dégaines.

 

La tyrannie et sa propagande, les dictatures militaires, la culture du rien de rien… en fait des habitudes séniles en respectant le silence ça vous met une sacrée barre dans le ventre. Et énorme sensation de vengeance sans suites.

 

Dans cette peinture il y a tous les éléments spasmodiques mortels de ce petit texte entouré d’orties, de ronces…

 

21 décembre 2017

Dans la nuit-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 06 min

Tête vibrato, ensorcelée par la nuit, rapides esquisses des dangers.

Tête ivre, OD d’amour, la police nous chasse et on se décompose en mille sourires.

On boit à cause du temps, on boit à cause de la froideur générale

Et aussi parce qu’on aime ça…

Je surfe une vague de whisky électrique, je m’échoue au pied de l’himalaya, notions tibétaines, repas de secte japonaise, je reste heureux. 20171220_184701

COURSES-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 17 h 12 min

Puissance de la forme, des élipses, bienvenue dans ce voyage sacré, dans cette terre libérée et lointaine. L’orage s’est calmé, les angoisses avec. Petite peinture à la va-vite pour profiter de l’idée amoureuse, des sensations, les perceptions se lévent avec la petite chaleur naissante, elles titubent à travers champs, les pieds nus, et l’âme neuve.

20171220_144316 Acrylique sur toile

Course folle-

Terminal

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 04 min

Le terminal: je descend. La nuit me calme, me surprend, en équilibre sur la corde du silence, et puis pas une silhouette, juste le résidu noir et blanc des tempêtes meurtrières. Une faible lumière, pas de voitures, je suis apaisé en quelques secondes, le monde commence à faire corps avec mes visions les plus tordues. Je marche lentement. Je marche mon ombre en laisse cloutée, je me siffle quelques bières.

Et le ciel se déforme, prend des couleurs magiques; je vois un chien, je vois un dragon, je vois un crocodile. Je vois une mâchoire commune à toutes ces créatures Partie de ping pong et hégémonie de la flamme qui embrase l’atmosphère

.20171220_144450acrylique sur toile

Le rythme céleste-

18 décembre 2017

Echelle émotionnelle

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 22 h 39 min

Dans la fonte des glaces ….des imaginaires en flammes…. se mettre à rire pour tout partout… dépasser le sanctuaire des quotidiens … se délivrer d’ue souffrance interne …

20171214_195608 Feutre dessin

Colonne vertébrale…

 

 

 

16 décembre 2017

Humeur humaine

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 14 h 43 min

Feutre 20171216_14005820171216_140257

Visages entre deux, sentiments bizzare espace de cafard puis de jeux

12

Arthandi |
Stilllife |
agnesgrondonna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon art à moi
| Valmosaïque
| Virtuosesdesbanlieues