Arthurleursalberto

22 avril 2018

Anonyme-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 32 min

Carton, Encre, Acrylique

IMG_3880  Dix versions ou des centaines

Beaucoup de hasard pour mordre le regard; carton qui prend forme dans les caves symphoniques, puis accumulation de sujets que je perds aussitôt, un portrait qui veut quoi… le portrait anonyme avec des clés à suspens, le portrait furtif d’une émotion, la descente aux cachots, le couloir de la mort. Multiples détours pour des multiples dimensions, les hypothéses en vagues qui s’éclatent sur les rochers de la tristesse. Homme perdu peut-être bien dans l’encens du plaisir des Dieux, nectar ambroisie.

 

 

 

16 avril 2018

Six portraits dans le gouffre-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 22 min

Feutre et gomme-

IMG_3867 IMG_3871 IMG_3873 IMG_3875 IMG_3877 IMG_3878   Etrangeté, névrotique, humain des apocalypses  financières, les tsunamis de détresse.

Sécheresse sentimentale

 

 

11 avril 2018

Paysage, portrait et réflexion

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 28 min

IMG_3865   esquisse sur carton

Esquise d’une pluie – rareté de paysage; invasion d’idées conquérantes, souvenirs persistants d’un sable flippant, visions caramélisées, un homme tranquille ça n’existe pas, la conscience s’impose, et les horreurs qui m’appartiennent soufflent sur les braises de ma détresse, de ma descente. Un horizon transformé, lignes qui te foutent la migraine au coeur des sommeils agités. Confusion, destabilisation, on avance à plat ventre pour une poignée de neurones, ça tangue, ça mord, ça étrangle, je détruis les symboles et les connexions d’un auparavant malsain à chercher des lapins sur le parvis des cathédrales. Le retour aux sources, le retour du »roots », le laissé-allé et le lâché prise; je suis un peu émêché, le rythme s’accélére, la montagne se devine derrière un brouillard épais. Le moment, l’instant c’est de la philosophie verte des penseurs, les contradictions de l’espace, du cosmos sont les meilleur cours pour se dégager des chaînes… alors cette esquisse, comme la signification d’un renouveau, alors cette profondeur est comme « mystique ».

 

Les mystéres de l’oeil

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 21 min

IMG_3860  feutres sur carton

Œil incandescent, œil crevé par les insomnies répétées et les soirées interminables d’alcool. Œil comme une sale imitation des cosmos, œil fou et dangereux, œil muselé pour éviter les coups de sang et stopper les rêves chargés de hargne. Attirance pour les maïeutiques antiques, les petits délires des philosophes mangeurs d’homme, et nous la pensée malade.

 

9 avril 2018

Portrait d’un fêtard

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 49 min

IMG_3857  feutres sur carton fond vert-

C’est la fête hystérique, la fête du brouillard, la fête des amours cramés. La défiance des épingles à nourrice devant les saccades et les spasmes des corps désarticulés, les corps fragiles d’un underground nerveux, hypnotique, et violent qui te prend dans les berceaux des constructions intellectuelles et pseudo mentales. Pas de prières: juste l’extortion des énigmes dans le coeur de cette foule qui tremble de plaisir et d’une certaine jubilation atmosphérique. La musique torsade tous ces types et toutes ces femmes qui ne s’imaginent nulle-part ailleurs. Ca sauttille, ça s’envole et puis charmantes caresses d’un ciel voluptueux. Aux abords des délices, aux abords des poésies acharnées devenues sages le temps d’une nuit. Aux abords des potions, de l’absynthe, du dawanesk on se la coule douce. L’être humain est un hors la loi par nature, et ça se termine en convictions « dévastatrices ».

 

Est-ce que je dors, ça n’a rien d’un rêve classique, ça n’a rien de fausses notes, les partoches brûlent, le son des sonos couvrent la chute des comas, la force nous emméne au creux d’une paume sucrée…

 

Je m’accorde avec une tige l’observation de ces animaux, les sauts, les cracheurs de feu, les petits merdeux. Je prend de la hauteur pour accompagner les oscillations des corbeaux, pour suivre leur rondes au-dessus du délire, le corbeau est un stratège maudit, un soldat soumis, un guérillero endormi, sans suite ou progression de formatage, il prend la liberté qui gémit à ses pieds.

8 avril 2018

Autoportrait vagabond-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 38 min

Feutre-

IMG_3854

Je vous fixe je veux en apprendre plus sur vous; votre regard me suffira. Ca c’est un autoportrait tout frais, c’est le miroir qui cause, c’est le frisson c’est les éléments c’est l’aller-retour tout en haut de ces décennies folles. Les beautés contradictoires, les lustres de batailles contre les mises au point hasardeuses. Les rot’ les pit’ dans ma boîte crânienne: l’horreur qui te cire les pompes. C’est la fin des icônes, c’est l’essentiel engloutit dans le spectacle des méduses.

 

4 avril 2018

Figure glaciale… montage

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 22 h 38 min

Collage….

20180404_222445

Figure glaciale, au large d’un large toxique; coincée dans une mémoire creuse mais chaude. Neurones dilapidé dans le dédale dantesque des nuits ivres avec production d’un brouillard sableux, rouge et gras. Dehanchements articulé, provoqué par des réflexes irréversibles, par des réflexes au-delà du compréhensible;  Science imparfaite ,science menottée à un savoir en orbite d’un rien métallique.

27 mars 2018

Lutin Fatal

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 39 min

Masque de l’Ironie-

20170630_185333

Les plaisirs machinaux, les joies et les crépitements du cerveau, les bonheurs limés par les temps incertains, la grande voile et ses parcours chaotiques, le Cap Horn libido maximal qui cherche les fous, les ordres c’est la banière noire et anar de notre perte… je me souviens des magies, des corps flottants dans un paradis déchaîné, je me souviens du vide, des duels, je me souviens des peurs, des orgies dorées, je me souviens d’hommes à terre et des danses du ventre qui ne peuvent plus rien. Ce monde est la guillotine du sentiment, et de l’amour désarmée. Architectures démembrées des corps, épuissement des muscles, regards lourds qui attrapent la foule. Nous sommes les proies, nous sommes les rois, nous sommes définitivement dans les turbulences, dans les tubes en acier des usines, dans l’écorce malade des chênes, nous subissons l’orage et la foudre.

24 mars 2018

Enigmes de l’oeil-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 18 h 56 min

IMG_3851 A4 …

Enigmes de l’oeil-

 

questions, hypothéses, affirmations sidérantes, régne de l’Absurde, le pauvre type dans le viseur des moralistes, des inventeurs de formules, de slogans pour détruire via un vocabulaire et une syntaxe…

 

Isoler un homme dans une foule; ça rigole pas, l’hypocrisie est notre métier…

 

 

23 mars 2018

Portrait du Doc

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 33 min

Ce bonhomme c’est du charisme, c’est la science à l’état pur, c’est un boxeur de psychoses, l’armateur de la bonté intellectuelle, c’est le détecteur « magique » des pensées parallèles et marginales… c’est le prescripteur de l’urgence qui calme les crises de nerfs.IMG_3848  Monsieur

Portrait déformé, avec juste quelques traits réels

12345...16

Arthandi |
Stilllife |
agnesgrondonna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon art à moi
| Valmosaïque
| Virtuosesdesbanlieues