Arthurleursalberto

21 mars 2019

Le souffle coupe

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 00 min

20190321_215206  aquarelle agressive, en pâte bon à bouffer.

De tête, imprimerie des imaginaires…

15 mars 2019

Collones

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 45 min

20190315_222319   duel numérique, des chiens à l’arrêt, peurs d’un monde et désirs pour répondre…

Inspiration nase à en crever…

14 mars 2019

Desintegration

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 17 min

20190313_083847 feutres sur toile

Peintures rapides, dans le spleen et dans les images fortes, l’homme se reprend sans comprendre.

 

 

8 mars 2019

Tentatives , ouverture profonde du moins jaurais essaye…

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 34 min

20190206_205912 acrylique sur toile

Tout le temps je n’arrive pas à rester assis, l’usure et la fat’ , les chiens, avec un clope, ce type attiré intrigué par cette ouverture …

1 mars 2019

Vinyl

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 14 min

20190301_171518    Disque rayé

Abîmés abysses la trouille dans un son hypra saturé

Long time

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 37 min

20190220_073556    feutres sur toile

Je recommence à peindre doucement….

12 octobre 2018

Charivari visuel

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 24 min

IMG_4510     Feutres

… Foire,foule, énergie en adéquation parfaite avec des trucs déséchés… l’oeil est une pompe chargée d’idées noires quand les visions commencent leur cinéma déformé qui touche mon horreur de l’horreur, qui frotte mon crâne à sang et qui bloque le flux naturel de la réflexion. Les mangeurs gravitent comme des fusées dangereuses au-dessus d’une base qui pleure déjà la catastrophe. Le monde est un stade barbare, fait de hooligans et de marginaux fumeurs de mégots. Le monde acariatre, le monde en vrille, l’amertume de l’altitude, les fléches au curar qui découvre des personnalités naïves et opportunistes, des personnalités has been…

 

On calcule l’angoisse des hautes sphéres, on s’arrache des « idées glauques », on rêve même d’avoir la plus belle femme du cosmos, on rêve aussi d’une vie folle dans les montagnes tibétaines en mode solitaire, on rêve d’expériences psy. Et nous embrassons la planéte!

 

7 octobre 2018

BLEU!!!

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 23 h 20 min

IMG_4490   Encre bleue, turquoise et noire sur toile. 20*70

… j’aime le bleu traffiqué par ma conscience sur les plateaux ensanglantés du Tibet. Je suis comme perdus dans une méditation de ronçes,de roses noires, on m’éjecte des villages.

Le Bleu me rassure, le bleu me constuit comme une émotion dictée et régulière.

Le Bleu c’est de la came poétique, de la came furtive. La couleur me traverse sans mystére, sans alchimie, sans magie. Ce n’est un pas fait religieux ni un fait de sorcellerie.

Le bleu sommeil avec la respiration apaisée.

Et aussi le bleu des guerres, des batailles, le réveil des encres prêtes aux combats pour la liberté!

1 octobre 2018

Le poids de l’orbite-

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 34 min

IMG_4401   Œil vagabond

L’oeil respire dans l’expérience, l’oeil en mode 360 degré, oeil passiveur, l’oeil est une puissance, l’oeil c’est la stratégie barge des concepts guerriers. Le conflit, les mystéres, les chiens et l’arithmétique périlleuse des passions folles qui serpente le périmétre de ma mémoire visuelle… l’espace, les bidules, les clebs aux combats de mes certitudes, les prisons psychédéliques, les dimensions électriques, la rage d’aimer, et les milices fantômes se multiplient jusqu’à de sombres présages violents entre les barres et les guns; je mange les projectiles, et je regarde dans ma main ma ligne de vie qui plonge dans un lac sacrément acide.

 

 

 

30 septembre 2018

Dans la cathédrale

Classé sous Non classé — arthurleursalberto @ 0 h 25 min

IMG_4400    Feutre

… premier épisode: la peur, l’angoisse, les convulsions, des mots vengeurs soupoudrés de charbon, canon chimique. Le carosse des folies. Se barrer dans les cathédrales, errer entre les gisants, regarder les voûtes gothiques, s’imprégner des lumiéres psychédéliques de la rosace, prendre la tension d’un Dieu… et me souvenir d’une main nerveuse à laquelle je me serais accroché toute ma vie. La Main de l’hiver 1954. Les paris et tout le bordel c’est la garantie d’une anarchie et de symboles métaphysiques néfastes.

 

Mon émotion, ce bouquet d’émotion c’est l’archétype d’une beauté atteinte. De l’anarchie je passes à un stade affiné d’un bonheur qui s’échappe déjà dans les trucs malsains…

12345...20

Arthandi |
Stilllife |
agnesgrondonna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon art à moi
| Valmosaïque
| Virtuosesdesbanlieues